Pose en « Neuf »

La pose en neuf est toujours celle utilisée pour les constructions neuves et les extensions, car elle tient au système de construction plus qu’à l’isolation. cela permet également de poser la nouvelle fenêtre sur des bases saines et d’avoir des vitrages plus larges. Une fenêtre posée en neuf est posée soit « en applique » soit  « en tunnel » soit  « en feuillure« 

La pose en Applique :

On parlera de “pose en applique au nu intérieur” lorsque l’isolation thermique de la maison est intérieure (ITI) et que la fenêtre est posée sur la façade intérieure à l’aide de pattes de fixation (l’ancien encadrement est retiré).

Généralement utilisé dans des constructions neuves, ce type de pose se justifie en prévision (ou en présence) d’un doublage isolant intérieur. L’isolation peut varié de 60 mm à 160 mm selon les constructions, c’est à l’aide de pattes de fixation ou d’équerres métalliques vissées-chevillées positionné tout autour de la baie sur la paroi intérieure que l’on pose les menuiseries

 La pose en Tunnel (en Feuillure):

Quelques travaux sont requis pour ce mode de pose, propre aux maisons anciennes. Côté intérieur, une feuillure est réalisée dans la maçonnerie, sur deux, voire trois côtés de la baie. Son appui reçoit directement la traverse basse du dormant. Ses montants et sa traverse haute (ou le coffre du volet roulant dans le cas d’un bloc-baie) se trouvent ainsi encastrés au nu intérieur de la paroi. Dans le tableau, l’encastrement latéral des montants du dormant est d’au moins 10 mm. Ils peuvent aussi être encastrés sur toute leur largeur. L’intervalle subsistant entre maçonnerie et dormant est comblé avec de la mousse expansive ou du plâtre, puis caché par un chanplat.

La pose en Tunnel (en tableau):

 Aussi appelée « pose en tunnel », elle convient à une maçonnerie d’assez forte épaisseur, mais pas nécessairement pleine. Avec elle, le dormant se positionne au nu intérieur, à mi-épaisseur, ou plus rarement (du moins en France), au nu extérieur de la façade. En rénovation, il arrive que les cotes d’une menuiserie standard soient nettement inférieures à celles du tableau. Selon leur importance, les intervalles peuvent alors être comblés latéralement par des alèses, ou en partie haute avec une imposte.